À toi de découvrir le monde avec tes bas blancs dans tes sandales

Par Stéphanie Bellemare

 

Encore endormie et avec quelques gorgées de café de prises, je regarde mon reflet dans le miroir. Mon visage laisse transparaître mon expérience. J’ai de nouvelles rides, des p’tites taches brunes dans la face et des cheveux blancs. Pourtant mon cœur et mon esprit ne ressentent pas la vieillesse gagnée par mon corps. Pour moi l’expression “j’ai l’cœur jeune” prend tout son sens. Je te laisse partir pour l’école, l’endroit où tu apprends la vie en collectivité.

Je te le dis souvent que ta maman vieillit. Avec ta naïveté légendaire, tu me réponds que ça s’peut pas” et que je ne suis pas vieille.

Mais moi, je le sais. Du haut de tes 9 ans, tu me fais découvrir le monde 2.0. Dans ma tête, je me trouve encore jeune, mais lorsque tu me parles et que je te vois interagir, j’le sais que je suis rendue ‘’out’’.

Et là, là ! Juste du côté vestimentaire, tu me fais découvrir les nouvelles tendances. Comment aurais-je pu me douter que des bas blancs montés jusqu’aux genoux dans des sandales seraient un jour à la mode. Pardonne mon regard surpris et mon p’tit rire lorsque je te vois habillé ainsi. Je suis désolée de rager lorsque je vois ta casquette sur le ‘’top’’ de ta tête qui tombe au sol lorsque tu éternues. Quel drôle de style ! Du jamais vu ! Et que dire des vêtements fluo ou des chandails beaucoup trop grands…

Lorsque tu rapportes de nouveaux mots à la maison dont je ne connais pas la signification, je perçois ta fierté d’appartenir à cette génération. La tienne ! Je ne connais plus les p’tits jeux de cours d’école que tu me racontes. Moi, je jouais à l’élastique ou au Aki. Tu fais ta place dans cet Univers que je ne connais pas, parce que je n’y ai plus accès. C’est plus ma place, mais la tienne.

Je trouve ça difficile de te laisser le découvrir seul. Seigneur ! J’aimerais te suivre pas à pas afin de te protéger contre toutes les petites épreuves que la chambre de hockey, la cour d’école ou les activités de camps de jour pourront t’apporter. Je dois te faire confiance.

Je t’écoute, je t’analyse et je te soutiens avec mon bagage d’expériences personnelles. Mais si tu savais à quel point tu me fais découvrir la vie à travers tes yeux. Bien entendu, j’ai essayé que tu empruntes le chemin que j’avais emprunté ou que j’aurais aimé que tu empruntes. Ce n’est pas par méchanceté, mais parce que JE croyais que c’était ça le mieux et que je ne connaissais pas autre chose.  Comme parent, je crois que c’est difficile de ne pas tenter de ne pas te teinter de mes valeurs, de mes façons de faire, de mes manières de penser, de mes façons de régler des conflits, de mes choix. Sans malice, j’agis pour ton bien-être. Cependant, tu me démontres quotidiennement que tu prends de sacrées bonnes décisions et que tu es solide. Tu façonnes ton cerveau de valeurs honorables et tu agis comme un humain responsable et respectueux. Tu m’épates ! Tu es magnifique à regarder évoluer dans la société actuelle.

Ce soir, lors de la période des devoirs, je t’ai demandé d’écrire avec une calligraphie plus soignée. Tu m’as répondu : ‘’ C’est mon écriture à moi, parce que je suis comme je suis, unique’’. Tu m’as jeté à terre.  Tu as 9 ans et tu me donnes des leçons de vie. Tu as déjà cette conscience d’unicité et de respect des caractéristiques personnelles. Ok ! Je vais continuer de te demander d’être plus soigné dans ton écriture, mais je vais te laisser tracer ton chemin.

Promis, je vais te laisser explorer le monde et le découvrir selon tes valeurs et tes désirs. J’adore que tu me partage ce que ta génération fait. J’aime apprendre à  découvrir l’humain que tu deviens malgré tes bas blancs dans tes sandales.

Je t’aime patate.

 

Stéphanie Bellemare, Collaboratrice pour Pastel Ludique

 

Tu aimerais peut-être lire aussi...

TDAH, un tourbillon d'amour

À toi, le dernier de mes enfants

Lettre à mon fils aîné

Vivre une deuxième fois

 

1 commentaire

  • Ma fille que tu a des talents formidable . Celui là d’écrire ce que tu vie quotidiennement et que tu pense à toute les jours c’est formidable ma grande. Dans mon plus jeune temps l’or que nous étions à ton âge avec toi la plus vieille et tes deux frères vivions ta mère et moi tout ce que tu vie à toute les jours . Nous en ce temps là l’on appelais cela les leçons d’être parents. Ma grande je t’aime et j’aime te lire 😘😘😘

    Ton papa Yvan

Laisser un commentaire

Prendre note que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.