Et si nous laissions les enfants jouer librement?

Par Lucie Farbos

Dans une société toujours plus en demande de performance, valorisant la réussite, suscitant parfois la peur et créant ainsi des attitudes réfractaires à la prise de risque ; tous ces faits peuvent venir remettre en question les codes du jeu chez l’enfant. 

N’as-tu pas observé que l’emploi du temps de ton enfant est parfois tout aussi rempli que le tien : école, devoirs, activités extra-scolaires… ?

Laisser aux enfants du temps sans activité nous oblige à nous questionner sur notre propre rythme, nos propres valeurs. Jouer librement, c’est une attitude, c’est prendre le temps pour le plaisir, simplement pour écouter, pour rêver, pour laisser courir les enfants et leur imagination ! 

En tant qu’accompagnante à la petite enfance, le jeu est une préoccupation quotidienne car il répond aux besoins intrinsèques de l’enfant.  

Au sein du réseau de garderies pour lequel je travaille, nous pensons qu’un aménagement adapté et pensé favorise l'autonomie et la libre expression créative de l'enfant et permet de donner du sens à l'espace d’un point de vue des adultes. Ces expériences sont transposables dehors, offrant des bénéfices aussi riches les uns que les autres. 

L’Association canadienne de santé publique (ACSP) reconnaît d’ailleurs le jeu libre comme étant un “droit de l’enfant et un élément essentiel à la santé et au bien-être durant l’enfance et la jeunesse.”

Jeu libre et jeu … non libre ?? 

De nombreux psychologues et pédagogues ont parlé de l’importance du jeu dans le développement de l’enfant.

Dans son livre -Jouer-, André Stern explique que “le jeu est pour l’enfant la manière la plus directe de se connecter à la vie de tous les jours, à lui-même et au monde. Le jeu libre est pour lui une nécessité, une prédisposition, un penchant souvent impératif. Il est un accomplissement profond.”

On peut différencier le jeu libre du jeu “dirigé” ou “structuré”. C’est ici l’adulte qui présente une activité précise et selon les âges, des règles pourront être introduites. Ces jeux sont tout aussi importants car ils favorisent la réflexion, le respect de l’autre et la concentration. Toutefois, ils ne sont pas primordiaux.

Et l’adulte dans tout cela ? 

Laisse-toi l’occasion d’avoir des journées où rien n’est planifié ; ton enfant pourra ainsi s'installer pour jouer seul ou avec d’autres enfants, ou même s’ennuyer ! 

Si ton enfant exprime de la difficulté à jouer seul, peut-être que tu peux prendre part à son jeu quelques minutes le temps de le rassurer et ensuite il laissera rapidement libre court à son imagination. 

En étant présent de loin, dans un espace sécurisé, cela va le soutenir dans son jeu. Alors n'hésite pas à aller te préparer un café dans la cuisine et relaxer avec un bon livre sur ton canapé ! 

Nul besoin d’avoir une grande quantité de matériel … avec un carton on peut faire une cabane, une voiture, une boîte à trésors que l’on décore de collants et de peinture … 

Les matériaux naturels (“pièces libres”) ou encore de recyclage sont les meilleurs alliés pour un jeu créatif et diversifié ! 

Prenons au sérieux l’enfant qui joue et laissons-le s’épanouir, expérimenter à son rythme, s’émerveiller selon ses intérêts car ce sont des moments précieux. 



Lucie Farbos

Collaboratrice, Pastel Ludique

Laisser un commentaire

Prendre note que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.